Aller au contenu principal
Image bannière
Premier emploi à quel salaire pouvez-vous prétendre

Connaître le salaire moyen de son premier emploi

5 minutes
Mis à jour le 02/03/2023
Logo uni-médias

Lorsque l’on entre dans la vie active, on se pose nécessairement la question : quel va être le salaire de mon premier emploi ? Est-il possible de le négocier ? On vous dit tout.

Après des années d’études et une dizaine d’entretiens, vous voilà sur le point de décrocher votre premier emploi. Ne reste plus désormais que quelques détails à régler, dont le montant de votre rémunération. Sauf que voilà : négocier votre premier salaire peut s’avérer délicat sans expérience professionnelle préalable. 

Comment négocier le salaire de son premier emploi ?

Première règle, vous renseigner en amont sur les salaires pratiqués dans votre branche. Pour ce faire :

  • Interrogez votre réseau
  • Consultez les niveaux de salaires annuels des fiches métiers de l’Apec
  • Consultez les informations sur le marché du travail proposées par Pôle emploi
  • Ou encore les différentes études régulièrement publiées sur le sujet (voir plus bas).

Notez que certains critères pourront influencer le salaire à la hausse comme :

  • La taille de l’entreprise qui souhaite vous recruter
  • Le secteur d’activité dans lequel vous évoluez
  • Votre capacité à parler plusieurs langues, etc.

L’idée, c’est de définir une fourchette salariale réaliste puis de vous fixer un minimum acceptable… Sans bien évidemment jamais le dévoiler lors de vos négociations.

N’oubliez pas : les salaires s’énoncent généralement en K€ bruts annuels (par exemple, 25 K€ = 25 000 €). Pour passer du brut au net, il vous suffit de déduire un peu moins d'un quart du montant du salaire brut qui vous est proposé, pour obtenir une estimation de votre salaire net. Pour une estimation plus précise, vous pouvez utiliser le « simulateur de revenus pour salarié » de l’Urssaf.

En revanche, ne vous reposez jamais sur les dires de votre école : les fourchettes salariales qu’elles fournissent sont en général très (pour ne pas dire trop) flatteuses.

Enfin, vous pouvez également demander comment se décompose le salaire qui vous est proposé pour aborder les éventuels primes, intéressement, 13e mois, tickets restaurant, etc., autant de données qui peuvent faire pencher la balance entre deux offres.

 

Les points forts que vous ne devez pas hésiter à mettre en avant

Vous avez grandi avec Snapchat ou Instagram ? Vous êtes actif sur Twitch et/ou créateur de contenu sur YouTube ? Votre profil de « digital native » vaut de l’or. Transformation digitale oblige, les entreprises sont obligées d’innover et de s’entourer de talents qui maîtrisent les nouveaux codes du digital. D’où l’importance de mettre en avant votre agilité numérique.

De la même manière, le cas échéant, valorisez votre implication associative. Pour les entreprises, ce type d’engagements pourra être valorisé sous forme de « soft skills », très recherchés aujourd’hui.

Enfin, sachez qu’il peut être pertinent de négocier une rémunération sur 2 ans avec des objectifs à réaliser à différentes étapes (tous les 6 mois par exemple). L’intérêt d’une telle démarche ? Montrer votre envie de vous inscrire dans le projet de l’entreprise.

Premier emploi : à quel salaire pouvez-vous prétendre ?

Plusieurs études de rémunérations sont régulièrement publiées. Parmi elles, celle de PageGroup qui s’est penchée sur le salaire moyen en 2022 (variable en fonction du cursus et du diplôme) par secteur d’activité des jeunes actifs ayant de zéro à deux ans d’expérience. En voici quelques exemples.

 

1 - Les métiers de la santé

Le secteur de la santé vit depuis quelques années une « crise des talents » et peine à recruter les métiers nécessaires (principalement infirmiers et aides-soignants) pour maintenir ouverts les nombreux services d’urgences et autres EHPAD présents sur le territoire. Ce qui explique pourquoi les établissements hospitaliers redoublent d’énergie et d’inventivité pour séduire leurs futurs collaborateurs (conditions de travail, avantages, esprit d’équipe, etc.).

Salaire moyen :

  • Infirmier en soins : 30-32 K
  • Aide-soignant : 21-24 K
  • Technicien de laboratoire : 23-25 K

 

2 - Les métiers du commerce

Comme le souligne l’étude de rémunération 2023 de PageGroup, 20% des métiers les plus recherchés en 2022 ont été des métiers de Commerciaux. Cerise sur le gâteau : l’immense majorité des entreprises embauchent en CDI.

Salaire moyen :

  • Technico-commercial sédentaire : 24-35 K ;
  • Chef de publicité : 30-36 K ;
  • Directeur commercial dans la grande consommation : 90-100 K.

 

3 - Les métiers de la finance

Ils regroupent à la fois le secteur des banques, celui des assurances et celui de l’audit et du conseil.

Les métiers de l’audit et du conseil

Auditeur junior, assistant juridique, expert-comptable… Le secteur des métiers de l’audit et du conseil promet de beaux débuts de carrière, tant en termes de premier salaire que de perspectives d’évolution. Ces métiers sont accessibles après une école de commerce ou d’ingénieurs.

Salaire moyen :

  • Auditeur junior avec un an d’expérience : 37-40 K ;
  • Assistant juridique : 28-32 K ;
  • Expert-comptable : 50-65 K.

 

Les métiers de la banque

Avec 40 300 embauches en 2021, la banque est l’un des premiers employeurs du secteur privé en France. La part des jeunes de moins de 30 ans reste prépondérante dans la majorité des métiers qui recrutent (52 % en 2021). En outre, les profils recherchés sont de plus en plus qualifiés : les jeunes diplômés de niveau Bac +4/5 et + ont ainsi représenté plus de la moitié des recrutements en CDI (58,2%) en 2021. C’est dire si le milieu de la banque est attractif pour les actifs fraîchement diplômés.

Salaire moyen :

  • Conseiller clientèle particuliers : 30-32 K ;
  • Analyste crédit : 33-36 K ;
  • Responsable middle office : 50-55 K.

 

Les métiers de l’assurance

Après une longue période de stabilité, le recrutement des entreprises de la branche connaît depuis 2016 une augmentation quasi constante. Le rebond de plus de 10 % observé en 2021 a fait plus qu'effacer le reflux relatif de 2020 lié à la crise sanitaire. Les cinq dernières années se soldent ainsi par une croissance de 30% des personnes embauchées, soit plus de 3 900 personnes (17 100 versus 13 160).

Conseiller commercial, ingénieur préventionniste, gestionnaire de sinistre… Le monde de l’assurance ouvre grand ses portes aux jeunes diplômés qui y embrasseront des carrières confortables, avec un premier salaire intéressant.

Salaire moyen :

  • Actuaire diplômé : 45-55 K ;
  • Directeur commercial : 80-90 K ;
  • Ingénieur préventionniste : 40-45 K.

 

4 - Les métiers du BTP et de la construction

Selon les derniers chiffres fournis de la Fédération Française du Bâtiment, le bâtiment, c’est 427 000 entreprises, 1 756 400 d’actifs – dont 1 245 000 salariés, 108 000 intérimaires en équivalent-emplois à temps plein (ETP) et 403 400 artisans) – et 149 milliards d’euros HT de travaux.  Un secteur qui équivaut à deux fois les activités de banque et assurance !

Salaire moyen :

  • Conducteur de travaux : 30-35 K ;
  • Architecte-Assistant chef de projet : 32-36 K ;
  • Ingénieur/Responsable QSE: 32-35 K.
Mentions légales
Logo

Pour voyager sans frais à l'étranger

Description de l'offre

1 carte de paiement internationale, 0 frais à l'étranger sur les paiements / retraits / virements, 1 appli et 1 agence...

Mention pédagogique

Le tout pour 2€/mois !

Je découvre l'offre
Ne passez pas à côté de nos actualités, soyez notifié·es en temps réel.