Aller au contenu principal
personnage

Master en alternance : tout savoir sur une tendance à la hausse

3 minutes
Publié le 03/11/2020 - Mis à jour le 17/11/2020
L'Étudiant

Dans les universités, le nombre d’étudiants préparant un master en alternance connaît une progression exponentielle. S’ils ne représentent que 3,1 % de l’ensemble des effectifs, ce chiffre a augmenté de 50 % en 10 ans. Enquête sur les raisons d’un succès et sur le développement d’une offre de plus en plus conséquente.

Des chiffres d’abord : 3,1 %, c’était le nombre d’apprentis parmi les étudiants en master 1 et 2 lors de l’année universitaire 2017-2018. Soit 17 816 étudiants sur 568 000. Un nombre relativement bas, mais qui progresse allègrement chaque année, à tel point que les apprentis en master représentent 10 % des apprentis de l’enseignement supérieur1.

Mais au fait, qu’est-ce qu’un master en alternance ?

L’alternance est un choix de formation et aussi un choix de vie, celui d’une vie d’adulte. En intégrant une entreprise, vous devenez un(e) salarié(e) à part entière avec des droits (un salaire) et des devoirs (pas de repos pendant les vacances universitaires, par exemple). Entre les heures de cours et le temps passé en entreprise, l’alternance implique une charge de travail importante, mais elle a de bons arguments pour vous séduire.

Les raisons d’un succès chez les étudiants

D’une part, l’alternance favorise l’insertion professionnelle. Par rapport à un stage, la longue durée de ce type de formation vous permet de découvrir véritablement un métier et de monter en compétence en réalisant des missions de plus en plus importantes. À la fin de votre master en alternance, vous aurez de solides arguments à faire valoir sur le marché de l’emploi et vous pourrez même, qui sait, être recruté(e) par votre entreprise.

D’autre part, l’alternance vous permet de bénéficier d’une rémunération tout au long de la durée du master. En touchant entre 80 % et 100 % d’un SMIC, vous pouvez vous émanciper et financer votre loyer et vos études sans passer par un petit boulot chronophage qui empièterait sur votre travail personnel.

Les universités et les entreprises y trouvent aussi leur compte

Les entreprises voient dans le master en alternance une opportunité pour répondre à des besoins spécifiques et vacants. Certains masters sont d’ailleurs créés en lien étroit avec des entreprises, par exemple le master Bioterre de l’Université Paris 1 avec le groupe Eiffage. L’alternance peut aussi être l’occasion pour les entreprises de limiter les erreurs de recrutement en servant de pré-recrutement.

Les universités, quant à elles, conservent certaines réticences dans la mesure où elles sont traditionnellement orientées vers la recherche, mais elles y trouvent aussi des avantages grâce aux financements engendrés par l’apprentissage. Grâce à ces fonds, les universités peuvent s’équiper et se structurer comme le feraient les grandes écoles.

De plus en plus de masters s’ouvrent à l’alternance

Alors qu’initialement la plupart des masters en alternance concernaient les domaines de la gestion ou de l’ingénierie, les universités proposent désormais, à chaque rentrée, de nouveaux masters en alternance dans différents domaines (lettres étrangères appliquées, sciences de la terre, STAPS, mathématiques…) et différentes spécialités. C’est le cas notamment à l’Université Paris-Est Marne-La-Vallée avec des masters tels que Métiers du livre et de l’édition, Économie sociale et solidaire, Traduction-interprétation…

1Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse ; ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation ; Direction de l’Évaluation, de la Prospective et de la Performance ; Système d’Information de la Formation des Apprentis, 2018

Mentions légales