Aller au contenu principal
# Découvrir les secteurs d'activités

Journalisme

4 minutes
Publié le 09/11/2020 - Mis à jour le 04/04/2022
logo cidj info jeunesse

Interviewer, enquêter, décrire, analyser, rédiger des articles de presse, réaliser des reportages vidéo : les journalistes sont au cœur de l’information. Ils travaillent pour de multiples supports : télévision, presse écrite, radio, sites Internet. Il existe aujourd’hui 14 formations reconnues par la profession.

Vous êtes attiré par le secteur du journalisme et souhaitez travailler pour un média ? Journaliste reporter d’images, rédacteur en chef, journaliste radio, reporter photographe… Ces métiers font rêver et vous êtes nombreux à vouloir vous orienter vers ce secteur.
Conséquence : même si les médias se développent, la concurrence est rude. Nombreux sont les journalistes qui ont parfois du mal à boucler leurs fins de mois.

Pour trouver un emploi dans la profession, il est important de faire jouer son réseau. Rien de tel que les stages pour rencontrer des professionnels qui pourront vous aider dans votre future carrière. C’est justement sur l’aspect pratique et la mise en situation professionnelle que les 14 écoles de journalisme reconnues par la profession axent leur enseignement et leur pédagogie.

Présentation
du secteur

Les études

Il y a encore une trentaine d’années, nombreux étaient les journalistes qui n’avaient pas suivi de formation spécifique. Ils pouvaient avoir effectué un cursus en lettres, en histoire, en sociologie…
Mais, à mesure que les métiers du journalisme se sont professionnalisés, les formations se sont structurées.

 

Les formations reconnues

Dans le secteur du journalisme, on compte aujourd’hui 14 écoles reconnues par la profession. Cette reconnaissance garantit la qualité générale de la formation ainsi que son adaptation aux besoins des employeurs. Elle est délivrée pour cinq ans par la CPNEJ (Commission paritaire nationale de l’emploi des journalistes) à :

  • des établissements publics : Celsa à Paris-Sorbonne Université, CUEJ à Strasbourg, EJCAM à Aix-Marseille, EJdG à Grenoble-Alpes, IFP à Paris-II Panthéon-Assas, IJBA à Bordeaux-Montaigne, IPJ à Paris-Dauphine, EPJT à Tours ;
  • aux IUT (Instituts universitaires de technologie) de Lannion-Rennes 1 et de Nice-Côte d’Azur ;
  • à Sciences Po Paris ;
  • à trois écoles privées : CFJ à Paris, EJT à Toulouse, ESJ à Lille.

 

Les autres écoles

Ces dernières années, les établissements privés préparant au métier de journaliste se sont multipliés. On en compte près de 40. Ils dispensent le plus souvent une formation de deux ou trois ans en presse écrite, radio, télévision et web.

Ces établissements, moins sélectifs que les écoles reconnues par la CPNEJ, recrutent du niveau bac à bac +4. Le coût de la formation varie de 3 000 euros à 8 000 euros par année.

Avant d’opter pour une formation, assurez-vous que les filières « communication » et « journalisme » soient bien distinctes. Vérifiez aussi l’importance des exercices pratiques, le profil des enseignants et les modalités des stages. La reconnaissance du diplôme – visé par l’État, inscrit au RNCP (Répertoire national des certifications professionnelles) – a aussi son importance.

 

Les cursus universitaires

Outre les quelques universités qui délivrent la licence professionnelle (bac +3) « Métiers de l’information : métiers du journalisme et de la presse », une dizaine d’autres facs proposent des mentions de licence (lettres, histoire, philosophie, économie et gestion, etc.) avec une option ou un cursus journalisme.

On dénombre une trentaine de masters en journalisme, dont beaucoup offrent des parcours permettant de se spécialiser dans des domaines tels que le journalisme scientifique, le journalisme juridique, le journalisme culturel, le « datajournalisme » ou journalisme de données…

Les métiers possibles

Il existe en France plus de 30 000 détenteurs de la carte de presse. Pour obtenir ce précieux sésame qui permet d’être reconnu journaliste professionnel, il faut remplir diverses conditions, notamment travailler en tant que salarié pour des agences de presse ou d’autres types de médias (chaînes de télévision, journaux, radios…).
Nombreux sont cependant les journalistes qui exercent sous d’autres statuts et sont autoentrepreneurs, auteurs ou parfois intermittents du spectacle.

 

Rédacteur en chef

À la tête de l’équipe de rédaction, c’est lui qui définit la ligne éditoriale du média. En accord avec les journalistes, il décide des sujets à traiter. Il est également responsable du contenu produit par les rédacteurs.

Il dirige et coordonne l’équipe rédactionnelle et gère, en lien avec les ressources humaines, les recrutements.
Le rédacteur en chef doit faire preuve de qualités managériales et relationnelles, de capacités d’organisation, de rigueur et de réactivité.

 

Journaliste et journaliste spécialisé

Dans le secteur du journalisme, les supports sont nombreux : on peut travailler pour un quotidien régional, un site Internet, une chaîne de télévision…

Il existe diverses profils, tels que journaliste web, journaliste reporter d’images, journaliste radio, rédacteur de presse écrite.

Les journalistes sont généralement spécialisés dans des domaines particuliers – économie, politique, culture, judiciaire, etc. –, et parfois dans des thématiques précises comme l’informatique, le numérique, l’environnement, l’Union européenne…

Quelle que soit leur spécialité, les journalistes doivent faire preuve de qualités rédactionnelles, de curiosité, d’ouverture d’esprit, de capacité d’analyse et de sens critique.

 

Secrétaire de rédaction

Le secrétaire de rédaction travaille pour des journaux édités sur support papier ou sur le web. Il intervient une fois que les articles des journalistes sont rédigés. Il les relit, corrige les fautes (d’orthographe, de syntaxe, de style) ; il peut ajouter des titres, des sous-titres, des intertitres (la « titraille »).

Il joue également un rôle de coordination : il collecte les articles et les photos puis détermine, en lien avec le rédacteur en chef, la mise en page du journal et la hiérarchisation de l’information.

Mentions légales
Logo

Prêt étudiant et apprenti

Description de l'offre

Pour financer à taux préférentiel vos frais de scolarité, vos études à l'étranger, votre logement, votre voiture… bref, tout ce qui fait votre vie étudiante.

Mention pédagogique

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Je découvre l'offre