Aller au contenu principal
personnage
Catégorie
# Les diplômes

Quelles différences entre master, MSc et mastère spécialisé ?

5 minutes
Publié le 05/08/2021 - Mis à jour le 18/02/2022
L'Étudiant

Difficile de s’y retrouver au milieu de toutes les dénominations dont on nous abreuve quand on est à la recherche d’une formation qui mène à l’obtention d’un bac +5. Comment se repérer entre les cursus universitaires et ceux dispensés au sein d’écoles privées ? Quels sont les diplômes reconnus par l’État ? Que signifie exactement le label conférence des grandes écoles ? Si vous vous êtes déjà posé toutes ces questions ou que vous vous les posez actuellement, cet article est fait pour vous !

Le master : un diplôme à bac +5

La première chose que vous devez retenir à propos du master est qu’il comprend deux entités distinctes :

  • le diplôme national du master (DNM), qui se prépare en deux ans à l’université suite à l’obtention d’une licence ;
  • le grade de master, qui comprend différents diplômes (dont le DNM) reconnus par l’État et correspondent à un niveau bac +5.

Le diplôme national du master fait partie du système LMD (licence - master - doctorat) et équivaut à cinq années d’études universitaires. En l’obtenant, vous validez le deuxième cycle de l’enseignement supérieur et êtes éligible à rejoindre une école doctorale.

Ce grade de master peut également être obtenu par différentes écoles et institutions (grandes écoles, écoles de commerce, IEP, écoles d’ingénieurs, etc.). Pour ce faire, elles doivent au préalable passer par l’approbation de la commission d’évaluation des formations et diplômes de gestion (CEFDG). Le but de cette évaluation est de certifier le contenu et la qualité des enseignements dispensés afin de s’assurer que la structure en question réponde aux exigences du diplôme national du master.

Si l’on revient à présent sur les spécificités propres au master, il est à noter que le diplôme se décompose généralement en deux branches distinctes :

  • le master en recherche, axé sur les études et le développement intellectuel ;
  • le master professionnel, axé sur l’intégration opérationnelle en entreprise.

Il est à noter que vous pouvez faire le choix de vous arrêter suite à votre première année de master (M1) si vous le souhaitez, mais vous bénéficierez alors « seulement » d’un niveau bac +4. L’admission en deuxième année (M2) est par ailleurs soumise à sélection contrairement à l’accès en M1 qui fait suite à l’obtention d’une licence.

Enfin, on peut mentionner la présence du système de crédit ECTS (European Credits Transfer System). Ce dernier - greffé à la structure LMD - autorise notamment l’équivalence de l’ensemble des diplômes à travers l’Europe. C’est la raison pour laquelle un étudiant peut parfaitement envisager d’effectuer une année de master dans le cadre d’un échange Erasmus sans crainte de perdre ces fameux crédits.

Ils permettent également d’établir des ponts entre différents établissements, publics comme privés, étant basés sur un principe commun. Un étudiant peut donc tout à fait envisager d’intégrer un master universitaire après un BTS et une année de licence professionnelle.

Bon à savoir : ces crédits sont valables aussi bien au cours de votre formation initiale que pour lors d’une éventuelle formation continue. Vous ne perdez pas les crédits acquis si vous décidez de reprendre vos études après les avoir arrêtées momentanément.

 

Le MSc : un label non reconnu par l'État

Le master of science (ou mastère en sciences) est un cursus relativement récent. Fondé en 2002 dans le cadre d’un label créé par la conférence des grandes écoles (CGE), il se destine avant tout aux étudiants étrangers qui montrent le désir d’étudier en France d'intégrer une grande école à la réputation prestigieuse. Ce master of science est également une opportunité à saisir pour les étudiants français qui rêvent d’une carrière à l'international.

Bien que fondé par des établissements de renom, le label MSc n’est pas reconnu par l’État, contrairement à d’autres programmes et diplômes d’écoles supérieures qui ont obtenu le grade de master. Cette absence de reconnaissance est par ailleurs la principale différence entre les intitulés « mastère » et « master ».

Si l’on revient maintenant sur le contenu proposé au sein d’un mastère en sciences, on s’aperçoit tout d’abord qu’au moins la moitié des enseignements sont dispensés en anglais, de quoi appuyer la dimension internationale du label. Notez que ce mastère est une formation qui s’étale sur une durée minimale de 450 heures.

Vous aurez également la possibilité d’acquérir de l’expérience professionnelle au cours d’un stage en entreprise obligatoire d’une durée de 4 mois. Ce volet professionnalisant rattaché à la dimension internationale de ces études constitue d’ailleurs la grande attractivité du MSc. Bien que non reconnu par l’État, le master of science demeure aujourd’hui un label attractif et particulièrement apprécié des recruteurs.

À ce propos, sachez que tous les MSc ne sont pas reconnus par la CGE ! En effet, l’appellation master of sciences n’est pas la propriété exclusive de la conférence des grandes écoles. Il n’appartient donc qu’à vous de consulter leur site afin d’être en mesure de les différencier.

Cette formation est accessible sur dossier suite à la validation d’un diplôme de niveau bac +4. Sachez que vous pouvez également y prétendre par dérogation avec un bac +3 selon des circonstances exceptionnelles.

Le mastère spécialisé : un diplôme postgrade

Contrairement au MSc, le mastère spécialisé est la propriété exclusive de la conférence des grandes écoles. Ce label créé en 1983 est donc délivré uniquement par les écoles accréditées par la CGE.

Si la dénomination générique de mastère fait référence à des formations non reconnues par l’État permettant en général l’obtention d’un bac +5, le label mastère spécialisé est quant à lui un diplôme dit postgrade. Accessible seulement aux étudiants déjà titulaires d’un master ou d’une équivalence, cette formation supplémentaire vous octroie le titre de bac +6.

Bon à savoir : vous pouvez candidater à un mastère spécialisé avec un niveau bac +4 si et seulement si vous justifiez également d’un minimum de 3 années d’expérience professionnelle.

Il existe de nombreux diplômes délivrés par les grandes écoles partenaires du réseau CGE, regroupant des domaines de tous horizons tels que :

  • le droit des affaires ;
  • l’industrie du sport ;
  • la transition énergétique ;
  • la technologie biomédicale ;
  • la big data.

Toutefois, ils ont tous en commun de s’inscrire dans l’idée d’une « hyperspécialisation » qui complète vos études supérieures. Le label mastère spécialisé a pour vocation d’affiner votre expertise dans un domaine bien précis afin de vous rendre opérationnel sur le marché du travail. Cette facette professionnalisante est par ailleurs extrêmement appréciée des entreprises et des recruteurs. Un stage d’une durée de 4 mois est prévu à cet effet au cours des 12 mois de formation.

Le principal avantage du mastère spécialisé réside dans l’adaptabilité constante des formations proposées aux tendances et aux derniers besoins du marché. Imaginé à l’origine pour combler des demandes d’entreprises qui ne trouvaient pas de profils adaptés à leurs attentes, ce label a depuis gagné en réputation et est unanimement reconnu.

Mentions légales
Logo

Prêt étudiant et apprenti

Description de l'offre

Pour financer à taux préférentiel vos frais de scolarité, vos études à l'étranger, votre logement, votre voiture… bref, tout ce qui fait votre vie étudiante.

Mention pédagogique

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Je découvre l'offre