Aller au contenu principal
Image bannière
Spécialités au lycée pour les études de santé

Choisir sa spécialité en médecine : nos conseils

4 minutes
Publié le 03/11/2020 - Mis à jour le 04/08/2022
youzful logo

Les six premières années d’études de médecine sont généralistes mais, à la fin de la 6e année, vous allez devoir choisir votre spécialité. Une quarantaine de possibilités s’offrent à vous et le choix est parfois difficile. Comment choisir sa spécialité en médecine ? Quelles sont les bonnes questions à se poser ? Voici quelques pistes pour vous aider à faire le bon choix.

Quand choisit-on sa spécialité en médecine ?

Vous avez passé le concours de médecine. Bravo, l’une des étapes les plus difficiles de votre cursus est derrière vous ! Vous êtes désormais parti pour 10 ans minimum d’études de santé. À la fin de la 6e année de médecine, comme les 8 000 à 9 000 étudiants en médecine de France, vous allez devoir passer un examen, l’examen classant national (ECN), à l’issue duquel vous devrez choisir une spécialité.

On compte aujourd’hui plus de 40 spécialités de médecine, séparées en trois thématiques : médicales, chirurgicales, biologiques. Un certain nombre de postes d’interne sont ouverts pour chaque spécialité et chaque région. Plus vous êtes en tête du classement à l’ECN, plus vous aurez de chance d’obtenir la spécialité qui vous intéresse et la ville où vous souhaitez étudier. C’est à partir de là que vous commencerez votre internat. « C’est très difficile d’avoir les idées claires sur ce que l’on va devenir. Il faut mûrir pour découvrir la spécialité pour laquelle on est fait. J’ai moi-même hésité entre plusieurs disciplines lorsque j’étais étudiant », explique le professeur Patrick Baqué, doyen de la faculté de médecine de Nice, dans une vidéo diffusée sur la chaîne de l’université Nice-Côte-d’Azur.

Comment choisit-on sa spécialité en médecine ?

Les raisons de s’orienter vers telle ou telle spécialité médicale sont multiples. Certains savent précisément ce qu’ils veulent faire dès leur première année de médecine, d’autres font une rencontre déterminante qui décide de leur destin, d’autres encore, à force de stages et de questionnements, finissent par découvrir la spécialité qui leur convient. Quels que soient vos doutes, n’hésitez pas à interroger les professionnels qui vous entourent, à aller dans les cliniques, les Ehpad, à passer du temps dans différents services hospitaliers et à poser des questions. C’est en vous frottant à la réalité et en vous posant les bonnes questions que vous trouverez votre voie.

Quelles sont les bonnes questions à se poser pour choisir sa spécialité ?

Médecine interne, chirurgie, pneumologie, cardiologie, dermatologie, pédiatrie… Il existe en médecine des dizaines de spécialités. Le choix est important car il engage votre vie et il n’est pas toujours facile d’en changer en cours de route. Un tiers des étudiants en médecine arrivent à la fin de l’externat sans savoir ce qu’ils veulent faire.

Voici quelques bonnes questions à vous poser pour vous aider à faire votre choix au mieux :

  • Quels sont les débouchés dans cette discipline ? Toutes les spécialités n’offrent pas les mêmes opportunités de travail. La France manque de médecins généralistes, de psychiatres, de gériatres. En revanche, explique le professeur Baqué, « il y a un certain nombre de disciplines qui offrent des débouchés plus ou moins restreints selon les régions. Si l’on prend l’exemple de la chirurgie pédiatrique, dans certains départements comme les Hautes-Alpes, les besoins sont faibles ».
     
  • Où avez-vous envie d’exercer et comment ? Êtes-vous fait pour travailler dans un hôpital ou un CHU ou, au contraire, préférez-vous l’indépendance d’un cabinet libéral ? Certaines spécialités ne s’exercent qu’en structure hospitalière.
     
  • Votre choix est-il le fruit d’une réelle envie ou une conséquence de votre histoire familiale ? La maladie d’un proche, un père ou une mère qui exerce cette spécialité… peuvent parfois orienter vos décisions. Parlez-en avec vos enseignants, faites des stages pour vous frotter à la réalité du métier.
     
  • Préférez-vous une discipline verticale – c’est-à-dire une spécialité liée aux organes comme la pneumologie, la cardiologie… – ou une spécialité transversale comme la médecine générale, la pédiatrie, la médecine interne ?
     
  • Comment imaginez-vous votre vie dans 30 ans ? Votre choix va engager votre vie professionnelle et votre vie personnelle à long terme. Serez-vous encore prêt à faire trois gardes par semaine dans 30 ans ?

Des spécialités plus ou moins rémunératrices et avec plus ou moins de responsabilités

Dans le choix des spécialités, des considérations plus terre à terre peuvent entrer en ligne de compte comme le salaire. En effet, toutes les spécialités ne sont pas à la même enseigne au niveau financier. Ainsi, en 2021, les cinq spécialités les plus demandées des étudiants – chirurgie plastique, ophtalmologie, dermatologie, cardiologie, chirurgie maxillo-faciale – offrent des niveaux de salaire supérieur à 100 000 euros par an (à l’exception de la dermatologie).

Des spécialités moins rémunératrices comme la gériatrie, la psychiatrie, la santé publique, la médecine du travail ou la médecine générale restent en bas du classement. Le choix peut aussi s’effectuer en fonction du niveau de difficulté et de stress que la discipline peut engendrer. Ainsi, la médecine d’urgence ou la neurochirurgie sont des métiers où le niveau de pression est important alors que la dermatologie (très demandée) offre une vie plus tranquille.

Médecine : des disparités territoriales fortes

En devenant médecin, vous ne connaîtrez certainement pas le chômage. En effet, les tensions dans notre pays sont fortes et de plus en plus de régions font face à des problèmes de recrutement de médecins. Les campagnes sont particulièrement touchées mais certaines grandes villes également. Ainsi au Havre, 18 000 à 20 000 personnes n’ont pas de médecin traitant, alors que la région Rhône-Alpes connaît la plus forte concentration de médecins. Selon votre spécialité et la région dans laquelle vous souhaitez vous installer, pensez à regarder les besoins en praticiens.

Mentions légales
Logo

Prêt étudiant et apprenti

Description de l'offre

Pour financer à taux préférentiel vos frais de scolarité, vos études à l'étranger, votre logement, votre voiture… bref, tout ce qui fait votre vie étudiante.

Mention pédagogique

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Je découvre l'offre
Ne passez pas à côté de nos actualités, soyez notifié·es en temps réel.