Aller au contenu principal
personnage

Logement intergénérationnel : le guide

5 minutes
Publié le 02/12/2021 - Mis à jour le 15/02/2022
logo cidj info jeunesse

Vous cherchez un logement pendant vos études mais votre budget est restreint ? Avez-vous pensé au logement intergénérationnel ? Pour un loyer extrêmement modéré, voire inexistant, des personnes âgées vous hébergent en échange de quelques services. Ce contrat gagnant-gagnant, encore trop méconnu, présente de nombreux avantages. C’est une solution économique pour les étudiants et une présence rassurante pour les seniors et leur famille.

Qu'est ce qu'un logement intergénérationnel solidaire ?

Nicole habite seule dans un appartement trop grand pour elle et ne le vit pas très bien. Esteban est comédien et a traversé après le Covid une période de grande précarité. Depuis un an, tous deux cohabitent au sein d’un logement intergénérationnel grâce à l’association Le Pari solidaire, créée en 2004 par Aude Messéan après la canicule de 2003.

À cette époque, elle constate que, plus encore que la chaleur, c’est surtout la solitude qui a provoqué le décès de tant de personnes âgées. Pour elle, c’est un électrochoc. Elle comprend aussi que des jeunes peinent à trouver un logement dans un marché locatif de plus en tendu. S’inspirant de ce qui se fait déjà en Espagne depuis 1996, elle décide de mettre en relation ancienne et jeune génération. Depuis 17 ans, l’association propose donc de rapprocher des personnes de 60 ans et plus avec des étudiants ou jeunes actifs de moins de 30 ans. Depuis, plusieurs associations ont vu le jour partout en France. Elles sont fédérées au sein de réseaux tels que Cohabilis ou Ensemble2generations.

En quoi consiste le logement intergénérationnel solidaire ?

Le principe est simple : un étudiant ou un jeune actif s’installe dans une chambre mise à sa disposition dans le logement d’une personne âgée. En échange, celui-ci lui verse un loyer modéré ou est logé gratuitement et lui rend quelques services : présence, courses, ménage, initiation à l’informatique…

Le logement intergénérationnel solidaire vous intéresse ? Les associations proposent en général deux ou trois possibilités :

  • Vous êtes logé gratuitement et vous vous engagez à rentrer 4 soirs par semaine entre 19h et 20h, à être présent la nuit ainsi qu’un week-end sur deux et la moitié des vacances de la Toussaint, d’hiver et de printemps. Vous pourrez aussi aider la personne âgée dans certaines tâches (faire les courses, sortir les poubelles, cuisiner…). Certains seniors peuvent demander une petite participation financière aux charges de 60 euros maximum.
  • Vous payez à votre hôte un loyer modéré en échange de moments conviviaux avec lui. “Je suis tombé sur Charles qui est vraiment exceptionnel, d’une générosité que l’on rencontre rarement. Nous partageons ensemble le repas du soir. Nous avons pour habitude de faire des mots croisés au moment du dessert. C’est une expérience très enrichissante”, témoigne Cédric sur le site de Cohabilis.
  • Vous versez un loyer de 200 à 450 euros selon les villes sans avoir de contraintes particulières si ce n’est une veille passive et le plaisir de l’échange et du partage avec votre hôte.

Quelle que soit la formule,

  • Vous signez un contrat de cohabitation intergénérationnelle et non un bail.
  • Vous ne vous substituez en aucun cas à un soutien à domicile. Vous assurez seulement une présente rassurante pour le senior et sa famille.
  • Vous devrez payer (ainsi que le senior) à l’association qui vous a mis en contact une cotisation annuelle de 250 ou 390 euros.
  • Les repas ne sont pas inclus.

La loi élan encadre le logement intergénérationnel depuis 2018

La loi Elan du 24 novembre 2018 (article 117) a fixé un cadre juridique avec le contrat de cohabitation intergénérationnelle solidaire (CIS) qui fixe les règles de cette cohabitation.

  • Pour le loueur : avoir 60 ans ou plus et être propriétaire ou locataire de son logement. S’il est locataire, il doit informer son bailleur de son intention de sous-louer, mais le bailleur ne peut s’y opposer.
  • Pour le locataire : avoir moins de 30 ans.
  • Le logement peut être aussi bien du parc privé que du parc social.
  • La contribution financière est librement convenue mais doit rester « modeste ».
  • La superficie de la chambre doit être au minimum de 9 m2.
  • Le délai de préavis pour quitter le logement est d’1 mois.

Le contrat peut prévoir, en complément de la contrepartie financière, la réalisation, sans but lucratif pour aucune des parties, de menus services par la personne de moins de 30 ans.

Comment trouver un logement intergénérationnel ?

Pour trouver un logement intergénérationnel solidaire, rapprochez-vous de l’association la plus proche de la ville dans laquelle vous souhaitez vous installer. Dans ce cas, il faudra déposer un dossier de candidature entre avril et début septembre.

Mais attention, les places sont chères. Il faut compter 10 demandes environ pour 1 logement. L’association vous recevra en entretien puis s’assurera de trouver le bon « match » entre jeune et senior. Elle aidera aussi à la rédaction du contrat et suivra les binômes afin de s’assurer que tout se passe bien. Elle sera également présente pour gérer les éventuels conflits. « L’accompagnement humain est un facteur clé de succès. Accueillir quelqu’un chez soi, ce n’est pas facile. Notre rôle est d’instaurer un lien de confiance », conclut Joachim Pasquet, directeur du réseau Cohabilis, sur le site dossierfamilial.

Senior et étudiant : la cohabitation

Cette cohabitation ne concerne aujourd’hui que 2 500 binômes par an en France. Pourtant, elle présente de nombreux avantages pour les deux parties :

  • Permettre à un jeune de se loger décemment à moindre coût.
  • Permettre aux seniors comme aux jeunes de rompre leur solitude.
  • Offrir une présence au senior et rassurer sa famille.
  • Permettre au senior de rester connecté à la jeune génération.
  • S’apporter mutuellement expérience et savoir-faire.
  • Créer du lien social entre générations.

La plupart du temps, la cohabitation intergénérationnelle se passe bien. Mais pour que cette dernière soit réussie, quelques règles de vivre ensemble sont nécessaires :

  • Soyez mutuellement curieux et apprenez à vous connaître. La communication est un facteur clé.
  • Mettez-vous d’accord sur l’usage des pièces communes et respectez les règles fixées par votre hôte.
  • Prévenez en cas d’absence. Vous n’êtes pas chez vos parents mais cela évitera à votre hôte de vous attendre ou de s’inquiéter.
  • Organisez des moments de convivialité, des sorties, des repas ensemble.

Respectez les habitudes de votre hôte et tout se passera bien !

Mentions légales
Logo

Assurance Habitation

Description de l'offre

Que vous décidiez d'habiter en coloc ou en solo, assurer votre appart' est obligatoire. Autant profiter d'avantages spéciaux étudiants. 

Je découvre l'offre