Aller au contenu principal
personnage

La ville de Bellac se mobilise pour le recrutement

2 minutes
Publié le 22/09/2021
Par LAURINE GRAISSAGUEL -

Bellac, un excellent cadre de vie !

La mairie de Bellac a souhaité devenir l'ambassadrice de sa ville pour faire face aux difficultés récurrentes des entreprises à recruter. En effet, il y a des emplois dans tous les secteurs et pour tous les niveaux de qualification.

Pour cela, elle met en avant les nombreux avantages de sa commune : une crèche, deux écoles maternelles, deux écoles primaires, un collège, deux lycées, une vie associative riche, un théâtre, un cinéma, une école de musique, une médiathèque, deux gymnases, trois stades, un tennis couvert, un hôpital, une maison de santé…

 

Ils sont plus d’une trentaine de chefs d’entreprise à chercher des candidats pour des postes principalement en CDI, avec des dates d’embauche… plus que courtes, voire immédiates.

Sébastien Roche, le directeur général des Chaîneries limousines, a plusieurs besoins en production et en services connexes en CDI avec des salaires sur la bonne moyenne du marché. Huit personnes sont recherchées.

Antoine Faure, directeur général de MIG (Menuiserie industrielle des Gâtines) cherche aussi trois personnes pour l’atelier de production.

La situation d’Aérolyce est un peu particulière, ayant été obligé de licencier 7 salariés l’année dernière à la suite de l’impact du Covid-19 sur le secteur de l’aéronautique. « Nous en avons réembauché un et pour la rentrée, nous aurions besoin d’une à trois personnes pour la peinture ; un à deux contrôleurs ; des opérateurs polyvalents… soit une quinzaine de personnes d’ici deux ans. »

À Nouic, Nimrod Aérostructures, qui appartient au même groupe, espère huit embauches (monteurs, techniciens, qualité, méthodes).

Stéphane Thouin, gérant de CBMB, pointe la pénurie constante dans les métiers du gros œuvre et aimerait embaucher deux charpentiers métallique/bois. Pour son autre société BarSun, l’effectif est loin d’être complet, en l’absence d’un chargé de développement économique et de plusieurs opérateurs.

Enfin, avec un franc-parler pour lequel il est bien connu, Olivier Brissiaud, de la SARL éponyme, a partagé son expérience avec trois intérimaires à qui il a proposé trois CDI. Si l’un a accepté, l’autre a refusé ne désirant pas rester à Bellac. Le troisième a décliné l’offre.

Mentions légales