Aller au contenu principal
personnage

Quelles spécialités choisir pour faire du droit ? Nos conseils

4 minutes
Publié le 02/11/2020 - Mis à jour le 17/11/2020
L'Étudiant

La fin de la seconde est toujours la période des grands choix. Le choix d’une filière, il y a encore quelques années, le choix de spécialités depuis la réforme du lycée général. Vous souhaitez étudier le droit à l’université ? Voici quelques conseils pour vous aider dans votre sélection de spécialités. Mais rassurez-vous, si le droit mène à tout, il est tout aussi vrai que tout mène au droit ! Pas de choix décisif en perspective, donc, si vous avez le projet de devenir notaire, avocat(e) ou juge.

Deuxième trimestre de seconde… Depuis la réforme du lycée général, c’est le moment où vous êtes invité(e) à choisir vos spécialités pour la suite du lycée. Concrètement, vous sélectionnez trois matières parmi 12 spécialités pour la première et vous n’en gardez que deux en terminale. 

Pas de suspense, le droit ne fait pas partie des spécialités proposées. Il n’est qu’un enseignement optionnel proposé à toutes les terminales. Voici donc quelques conseils pour vous aider à choisir vos enseignements de spécialité en seconde si vous voulez faire des études de droit.

La spécialité Histoire-géo a réponse à tout

Analyser des documents, mémoriser des textes de loi, structurer un raisonnement… c’est le lot quotidien des étudiants en droit. Et s’il est vrai qu’il est préférable d’aimer lire et écrire pour intégrer une licence de droit, l’inverse est tout aussi vrai, puisque les profils littéraires sont particulièrement prisés par les universités.

Lire, écrire, analyser, construire… autant de qualités développées dans la spécialité Histoire-géographie, Géopolitique, Sciences politiques. Les cours de sciences politiques sont l’occasion de se familiariser avec le droit constitutionnel et le droit des relations internationales ; les cours d’histoire, eux, permettent d’amorcer l’histoire des institutions enseignée à la fac.

Au-delà de ces matières, des spécialités telles que Sciences économiques et sociales et Humanités, Littérature et Philosophie sont tout aussi judicieuses pour faire du droit.

Et les profils scientifiques dans tout ça ? Ne vous inquiétez pas, ils ne sont pas en reste.

Les sciences, vecteurs de réussite en droit

C’est un fait. Aussi vrai que deux et deux font quatre. Les étudiants scientifiques sont ceux qui réussissent le mieux en première année de droit. Pourquoi ? Grâce à un raisonnement mathématique finalement assez proche du raisonnement juridique.

Mais attention, les profils scientifiques ont tendance à vouloir apporter une réponse à tout. Or le droit, où bon nombre de questions restent sans réponse, n’est pas toujours très cartésien. Par ailleurs, si la logique est utile à la construction d’un raisonnement, les compositions sur lesquelles planchent les étudiants n’ont rien d’algébrique, on est plutôt dans la rédaction au sens le plus littéraire du terme.

La curiosité et la culture générale, plus décisives que les spécialités

On l’a dit plus haut, tout mène au droit. Les responsables de formation sont d’ailleurs unanimes : les spécialités étudiées au lycée n’ont pas d’impact sur le processus d’admission en licence de droit. Certes, le français est important, certes l’histoire-géographie ne doit pas être négligée, mais on parle là de matières qui font partie du tronc commun du baccalauréat. Au passage, l’épreuve de philosophie, qui comporte désormais les mêmes modalités pour tout le monde, pourrait bien rejoindre le français et l’histoire-géo dans l’équation.

Si vous envisagez de faire du droit après le bac, vous rendre aux portes ouvertes de la faculté dès la seconde ou la première, faire des stages précoces dans des cabinets d’avocats ou même dévorer des ouvrages juridiques, ce n’est pas forcément indispensable à ce stade, même si cela peut vous aider à faire vos choix. Ce qui compte en milieu de seconde, c’est de suivre ses envies en optant pour des spécialités que vous aimez et/ou dans lesquelles vous êtes à l’aise. Restez serein(e), en première année de licence, le droit est une matière nouvelle pour tout le monde.

Envie de devenir avocat(e), notaire, juriste… ? Cultivez vos capacités de rédaction, soyez curieux(se) et ouvert(e) d’esprit, suivez l’actualité au quotidien, lisez de tout, bref développez votre culture générale et une bonne connaissance du monde qui vous entoure.

Il n’y a pas de recette miracle pour réussir en droit, si ce n’est la polyvalence, l’adaptabilité et le travail. Car oui, le droit implique beaucoup de travail, loin de l’image d’Épinal de l’apprentissage par cœur qui lui colle à la peau. D’ailleurs, si vous avez l’opportunité de suivre le cours optionnel « Droit et grands enjeux du monde contemporain » en terminale, sautez sur l’occasion et profitez-en pour vous familiariser avec certaines problématiques qui seront abordées en licence – les sources du droit, les sujets de droit et l’organisation judiciaire en France, par exemple.

Bon à savoir, certains campus proposent une première année de licence alternative sur deux ans. C’est le cas, par exemple, à Lyon-III avec sa nouvelle École de la réussite. Objectif : permettre aux étudiants les plus fragiles, c’est-à-dire ceux qui n’ont pas le profil le plus adapté, de se mettre à niveau sur des matières transversales comme le français ou la culture générale. Qui a dit que le droit était une ligne droite ?

Mentions légales