Aller au contenu principal
personnage

Poursuivre ses études après un bac pro, mode d’emploi

4 minutes
Publié le 02/11/2020 - Mis à jour le 10/11/2020
L'Étudiant

C’est un fait, la plupart des diplômés d’un bac professionnel en trois ans intègrent directement la vie active – preuve de l’adéquation de ces formations avec les besoins des entreprises. Mais une autre tendance se confirme à chaque rentrée : de plus en plus de bacheliers professionnels décident, au contraire, de poursuivre leurs études dans l’enseignement supérieur, notamment en BTS. Vous êtes dans ce cas ? Vous vous demandez que faire après un bac pro ? Voici des éléments de réponse.

Le bac professionnel est le seul baccalauréat offrant un accès facilité à l’emploi, mais il reste tout à fait compatible avec la poursuite d’études supérieures. C’est le choix que font, chaque année, près de 4 bacheliers professionnels sur 101.

Quelles études choisissent les diplômés d’un bac pro ?

Près de 40 % des diplômés d’un bac professionnel rejoignent l’enseignement supérieur, la plupart en BTS (Brevet de Technicien Supérieur)2. Preuve à l’appui :

• Université (sauf IUT) : 6 %
• Instituts Universitaires de Technologie (IUT) : 2 %
• Sections de Techniciens Supérieurs (STS) : 32 %

Des formations bac+1 pour acquérir une spécialisation

La poursuite d’études après un bac pro ne s’inscrit pas forcément dans la durée. Des formations à bac+1 vous permettent d’acquérir de nouvelles compétences ou de consolider une spécialité.

C’est le cas notamment des MC, CS, CQP et FCIL.

Les Mentions Complémentaires (MC) : la sélection se fait sur dossier et les formations se déroulent dans le cadre d’un lycée professionnel ou d’un Centre de Formation des Apprentis (CFA). Le choix de la mention complémentaire après le bac pro doit correspondre à l’univers professionnel préparé lors du baccalauréat. Exemple : une MC Art de la cuisine allégée après un bac pro Cuisine. De l’accueil à la vente, les MC couvrent plus de 20 spécialités.

Les Certificats de Spécialisation (CS) : ils s’adressent uniquement aux diplômés d’un bac pro dans les domaines de l’agriculture et de l’agroalimentaire. Les formations ont lieu en lycée agricole et consacrent des compétences assez diverses (comptabilité, vente, techniques de culture…) et utiles aux professionnels de l’agriculture.

Les Certificats de Qualification Professionnelle (CQP) : il s’agit de formations directement développées par les organisations professionnelles dans leur propre secteur (industrie hôtelière, métallurgie…).

Les Formations Complémentaires d’Initiative Locale (FCIL) : elles répondent à des besoins locaux de qualifications bien précises. Elles se déroulent en lycée professionnel ou en école privée. Là aussi, elles permettent de décrocher une spécialisation en phase avec le bac pro obtenu.

Des formations bac+2 pour obtenir un BTS

Comme la majorité des bacheliers professionnels qui décident de poursuivre leurs études, vous pouvez opter pour le BTS (Brevet de Technicien Supérieur) qui s’obtient en deux ans après le bac. Des places y sont d’ailleurs réservées d’office aux titulaires d’un bac pro avec mention « bien » ou « très bien », dans des BTS de leur champ professionnel. Vous y serez à votre aise dans les matières techniques, mais un peu désavantagé(e) dans les matières générales. Ce retard est loin d’être problématique, puisque certains établissements ont tout prévu : des lycées et CFA proposent ainsi des BTS en trois ans ou des cours du soir pour compenser les lacunes éventuelles.

Des formations bac+3 pour obtenir une licence

Un investissement en culture générale, en rédaction et en dissertation sera ici nécessaire. Mais l’université a développé certains outils pour faciliter la transition, comme le tutorat, les mises à niveau et les aménagements de cursus. Dans la mesure où votre réussite ne dépend que de votre volonté et de votre motivation, la licence est un débouché envisageable après un bac pro. Enfin, rien ne vous empêche de poursuivre avec un master, voire plus.

À noter que l’École Vaucanson du Cnam (Conservatoire national des arts et métiers), située à Saint-Denis, en Seine Saint-Denis, et à Angoulême, en Charente, sélectionne sur dossier et entretien les diplômés de bacs pros Tertiaire-Industriel. Il s’agit d’une formation en apprentissage, en licence Management ou Sciences pour l’ingénieur. Cette filière permet, au choix, d’intégrer directement la vie active ou de poursuivre en master.

Des formations bac+5 pour un cursus grandes écoles

Petit rappel avant de détailler les prépas concernées : ces dernières ne vous permettent pas uniquement de préparer les concours d’entrée aux grandes écoles, elles sont aussi de bons moyens de préparer des licences universitaires.

Les diplômés d’un bac pro Tertiaires peuvent s’orienter vers la prépa Économique et Commerciale option Technologique, voie professionnelle de Niort (lycée de la Venise Verte), de Marseille (lycée Jean-Perrin) et de Strasbourg (lycée René-Cassin).

Même chose pour les diplômés d’un bac pro Industriels : la prépa Technologies et Sciences Industrielles (TSI) voie professionnelle est une possibilité. Une formation proposée à Nîmes (Institut Emmanuel-d’Alzon) et à Montceau-les-Mines (lycée Henri-Parriat).

Enfin, il est possible d’entrer dans une école de commerce ou d’ingénieurs après un bac pro, en intégrant une classe préparatoire adaptée pour un cursus de trois ans.

1,2Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse et ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, 2017

Mentions légales