Aller au contenu principal
personnage

Réforme de la voie professionnelle : ce que ça change pour vous

3 minutes
Publié le 02/11/2020 - Mis à jour le 03/11/2020
L'Étudiant

La réforme de la voie professionnelle (CAP, BEP, bac pro) entre progressivement en application depuis la rentrée 2019. La transformation du lycée professionnel repousse notamment le moment de la spécialisation dans un métier avec le choix, en classe de seconde, d’une famille de métiers, et développe des modules sur la poursuite des études et l’insertion professionnelle. Vous êtes concerné(e) ? Nous vous aidons à découvrir ce que cette évolution implique pour vous.

En mai 2018, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, annonçait les mesures qui ont, depuis la rentrée scolaire 2019, modifié en profondeur la voie professionnelle : Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP), Brevet d’Études Professionnelles (BEP), baccalauréat professionnel. Cette restructuration a été réalisée sur la base d’un rapport remis par la députée Céline Clavez et le chef étoilé Régis Marcon. Voici un état des lieux des principaux changements du lycée professionnel.

Le report de la spécialisation

Auparavant, les élèves de troisième qui souhaitaient rejoindre une seconde professionnelle devaient choisir leur spécialité de métier (parmi une centaine de possibilités) avant d’arriver au lycée. Ce choix anticipé n’existe plus. Désormais, vous choisissez juste une « famille de métiers » en seconde. Ce n’est qu’en fin de seconde que vous devez choisir une spécialité définitive dans votre famille de métiers. L’objectif est de rendre la spécialisation plus progressive.

Concrètement, 14 familles de métiers rassemblent chacune entre deux et 10 spécialités. Ces dernières doivent être installées par vagues successives, à chaque rentrée scolaire, jusqu’en 2021.

Pour l’instant, trois familles existent déjà :
. Métiers de la construction durable, du bâtiment et des travaux publics ;
. Métiers de la gestion administrative, du transport et de la logistique ;
. Métiers de la relation client.

À noter : certaines spécialités très spécifiques restent dans un cursus séparé.

En terminale, le choix entre poursuite des études ou insertion professionnelle

En fin de première, vous êtes invité(e) à exprimer un choix quant à la modalité de votre enseignement en terminale : terminale sous voie scolaire ou terminale en alternance.

Lorsque votre lycée n’est pas en mesure de proposer une formation en alternance, ce sont les Centres de Formation des Apprentis (CFA) qui prennent le relais. Ces derniers dépendent des collectivités locales, des entreprises, des chambres de commerce, de métiers ou d’agriculture.

Par ailleurs, avec la réforme de la voie professionnelle, vous devez réaliser – en début de terminale – un dernier choix entre deux modules, selon que vous souhaitez poursuivre vos études à l’issue de votre bac ou, au contraire, intégrer le marché de l’emploi :

. Poursuite des études.
. Insertion professionnelle et entrepreneuriat (préparation aux entretiens d’embauche et à la réalisation de CV et de lettres de motivation).

La réalisation d’un « chef-d’œuvre »

Seul(e) ou en groupe, il s’agit d’un projet que vous débuterez en première et que vous achèverez en terminale devant un jury. Ce « chef-d’œuvre » vous permet d’acquérir progressivement les compétences nécessaires à l’exercice de votre futur métier.

La réforme du CAP

Auparavant, le Certificat d’Aptitude Professionnelle s’effectuait en deux années de formation. Désormais, vous pouvez préparer un CAP sur un, deux ou trois ans.

Comment cela se passe ?
. CAP en un an : destiné aux élèves qui ont validé leur première ou terminale générale, technologique ou professionnelle, mais aussi aux titulaires d’un diplôme supérieur.
. CAP en deux ans : destiné aux élèves sortant de troisième. À noter que les élèves ayant un bon niveau scolaire et un projet professionnel sérieux peuvent exceptionnellement passer le CAP en un an.
. CAP en trois ans : destiné aux élèves aux besoins spécifiques, formés en Section d’enseignement général et professionnel adapté (Segpa) ou en Unité Localisée pour l’Inclusion Scolaire (ULIS), par exemple.

Vers la suppression du BEP

La suppression du Brevet d’Études Professionnelles n’est pas encore actée, mais elle paraît inexorable. Peu reconnu sur le marché du travail, il devrait être remplacé à terme. Le rapport remis en 2018 prévoyait d’ailleurs de le supprimer au profit d’évaluations en cours de formation. À suivre…

Des classes passerelles entre la voie professionnelle et le BTS

Des classes passerelles ont également été mises en place. Leur objectif : vous faciliter le passage de la terminale professionnelle au Brevet de Technicien Supérieur (BTS) lorsque vous souhaitez rejoindre l’enseignement supérieur.

Mentions légales