Aller au contenu principal
personnage

Pourquoi choisir la licence professionnelle ?

2 minutes
Publié le 03/11/2020 - Mis à jour le 17/11/2020
L'Étudiant

Accessible juste après le bac ou après un bac+2, la licence professionnelle présente de nombreux avantages. Quels sont-ils ? Comment vous permettront-ils de vous démarquer face à d’autres cursus auprès des recruteurs ? Voici quelques éléments de réponses.

Licence pro : un passeport pour l’avenir

Selon les données 2017-2018, le nombre d’inscrits en licence professionnelle a augmenté de 17,7 % en 10 ans. On comptait 52 400 étudiants inscrits en 20171.

Les inscriptions dans les licences professionnelles varient en fonction des disciplines. Les domaines tels que Génie civil, Construction bois, Services à la collectivité, Lettres et Arts sont très demandés. Ainsi, en 2017-2018, on comptait 20 600 étudiants inscrits en Sciences, alors que la même année, ils étaient 6 000 en Lettres Sciences humaines.

Vous souhaitez préparer votre licence professionnelle en alternance ? Sachez que près d’un étudiant inscrit sur trois est apprenti. En effet, passer par ce biais est une belle façon de s’assurer une entrée rapide dans la vie active.

Un important taux de réussite

L’un des avantages de la licence pro ? Son taux de réussite. En 2015, près de 90 % des étudiants inscrits en licence professionnelle ont obtenu leur diplôme en fin d’année. À ce jour, le taux de réussite en licence pro est quasiment le même pour les bacheliers issus de bacs pros que pour ceux des filières générales. Ainsi les bacheliers professionnels totalisent 87 % de réussite contre 91 % pour les généraux2.

Ce taux de réussite devrait s’accroître avec la nouvelle réforme qui sera mise en place à partir de 2021. Sous le nom de Bachelor Universitaire de Technologie, ce nouveau parcours de formation doit accueillir différents profils d’étudiants, notamment grâce à des passerelles. Elles ont pour objectif de faire le lien entre les formations. Les parcours accueilleront ainsi 50 % de bacheliers technologiques, mais également des étudiants d’autres licences et de BTS. Avec plus de 600 heures de projets tutorés et jusqu’à 26 semaines de stages, cette réforme 2.0 se veut avant tout professionnalisante avec une insertion immédiate sur le marché de l’emploi.

1,2Système d’Information et des Études Statistiques (SIES), ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation

Mentions légales