Aller au contenu principal
personnage

La Sécurité sociale des étudiants, mode d’emploi

2 minutes
Publié le 04/05/2021
Par LAURINE GRAISSAGUEL - Crédit Agricole

Les frais de santé peuvent plomber un budget étudiant, surtout si les remboursements de l’assurance maladie tardent. Mais désormais, les étudiants bénéficient d’une couverture sociale plus efficace. Rappel des règles pour en bénéficier en toute sérénité.

Depuis la rentrée 2019-2020, les étudiants n'ont plus aucune cotisation à régler à la Sécurité sociale et plus aucune démarche d'affiliation à effectuer. Ceux qui s'inscrivent pour la première fois dans un établissement d'enseignement supérieur restent rattachés à leur régime de protection d'Assurance maladie antérieur (régime général, RSA...), généralement celui de leurs parents ou de la personne avec qui ils vivent.

   

Pour être bien remboursé

  Pour ne pas avoir de soucis dès la première demande de remboursement, il convient de penser à mettre à jour sa carte Vitale dans une pharmacie ou dans la caisse d’assurance maladie près de chez soi ; créer un compte Ameli (disponible aussi en application sur Android ou iOS), pour suivre ses remboursements et faire partout et à tout moment ses démarches de santé ; envoyer par courrier son RIB personnel à sa caisse (modifiable en cas de besoin via le compte Ameli) ; déclarer son médecin traitant ; quand on dépend d'une personne avec laquelle on vit en couple et qui est non étudiante, utiliser le formulaire cerfa n° 15680*01 afin de demander le rattachement à cette personne.

 

Afin de compléter les remboursements de l'assurance maladie, on peut adhérer à une complémentaire santé (ou mutuelle). On a le choix entre une mutuelle étudiante, celle de ses parents, de son conjoint ou de son compagnon ou tout autre organisme complémentaire. Si on a de faibles ressources, on peut bénéficier de la Complémentaire santé solidarité (ancienne CMU-C et l'Aide au paiement d’une complémentaire santé – ACS) qui permet le remboursement de la part qui n'est pas remboursée par l'Assurance maladie.

 

Des études à l’étranger ?

  Avant un départ dans un pays de l’Union européenne (UE), il faut demander la carte européenne d'Assurance maladie (CEAM) et se renseigner pour préparer son séjour car même pour des études en Europe, la protection maladie ne sera pas la même selon le lieu de résidence.

  Hors de l’UE la protection sociale varie également en fonction du pays d'accueil. Certains États, comme le Québec ou l'Andorre, ont signé une convention de Sécurité sociale avec la France afin de permettre la prise en charge des soins soit par l'Assurance maladie française, soit par le régime de Sécurité sociale de l'État où se déroulent les études. Renseignements auprès de sa caisse d'Assurance maladie ou du Centre des liaisons européennes et internationales de Sécurité sociale (Cleiss).

 

Mentions légales