Aller au contenu principal
personnage

Une alternante épanouie chez Hoali !

4 minutes
Publié le 02/04/2021 - Mis à jour le 06/04/2021
Par Lenaick HEMERY - Crédit Agricole

Lucile BLIVET, 21 ans, nous parle de son expérience en apprentissage dans la start up costarmoricaine Hoali.

Qui es-tu ?

Originaire de Ploufragan, j’ai passé mon BAC STMG au lycée Ernest Renan de Saint-Brieuc, puis j’ai pu accéder à un DUT technique de commercialisation à Saint-Brieuc.

Ce diplôme m'a permis d'effectuer deux stages en entreprise. J’ai ensuite souhaité me lancer vers une licence professionnelle pour garder le côté professionnalisant de la formation.

Finalement, après des recherches sur Internet, j’ai choisi d’intégrer TOTEM Formation, une école de commerce à taille humaine près de Rennes, à Cesson-Sévigné en Alternance. Je suis en 1re année de BACHELOR RCMD (bac + 3) depuis septembre 2020.

 

Comment finances-tu tes études ? Comment finances-tu ton logement ?

Financement de l’école : je suis actuellement en alternance avec un contrat d’apprentissage, l’organisme de formation professionnelle prend en charge les frais de formation. Je suis très satisfaite des enseignements qui m’y sont dispensés. 

Je vis chez mes parents quand je suis en entreprise ou je suis au Village By CA, sinon je vis à Rennes dans mon appartement lors de mes semaines de cours, mes parents m'aident financièrement pour ce logement.

 

Petite, quel était le métier de tes rêves ?

Je rêvais de devenir archéologue, car j'ai toujours été très curieuse et passionnée par l'histoire. 

 

Et aujourd’hui, quel est le métier dont tu rêves ?

Je rêve d'être gérante de ma propre boutique. 

 

Conseillerais-tu à des jeunes de faire des études en alternance ? Si oui pourquoi ?

On apprend plus sur le terrain qu’en cours, car nous sommes en relation avec des professionnels et nos actions sont réelles. Mais les enseignements restent quand même extrêmement bénéfiques, car nous pouvons les appliquer sur le terrain, en entreprise.

 

L’entreprise qui t’accueille en alternance est Hoali, comment as-tu trouvé cette entreprise et pourquoi Hoali plus qu’une autre  ?

Je me suis dirigée vers l'entreprise Hoali, car sensible aux valeurs qu’ils défendent, je n’ai pas hésité à postuler. Je souhaitais faire partie d’une équipe soucieuse de l’environnement et en apprendre plus sur le sujet.  

De plus, je savais que les missions liées au marketing digital allaient coïncider avec celles demandées dans le cadre de mes études. 

 

Parle nous de HOALI en quelques mots ainsi que de tes missions

Hoali est une startup à vocation environnementale qui permet de réduire la consommation de déchets des citoyens grâce à l’appui d’outils numériques pratiques.

Je suis au poste d'assistante marketing digital, mes missions principales sont de créer du contenu sous forme d'articles de blog, mais aussi de toujours m’informer sur les dernières actualités écologiques et les tendances numériques. 

 

Quels apprentissages as-tu acquis au sein de Hoali ?

Faire son apprentissage dans une start-up, c'est en apprendre tous les jours sur les techniques digitales. Pour cela, il faut être curieux et s'informer sur les dernières tendances numériques.  De plus, il n'y a jamais de routine, les sujets peuvent changer de jour en jour, et cela rend le travail très dynamique !  

 

Si tu avais un conseil à donner à des jeunes perdus dans leur orientation :

Le conseil que je pourrais donner c'est de suivre leur instinct et leur choix de base. L'alternance est une chance et une opportunité professionnelle à saisir car cela permet une ouverture au monde du travail ! 

 

21 ans en 2021, ça se vit comment ? Dans quel état d’esprit te sens-tu ? Plutôt optimiste, pessimiste ? Explique-nous.

Cela se passe plutôt bien, car le télétravail ne me dérange pas, on fait un point quotidien avec l’équipe, le lien n’est pas perdu et je me sens active. 

Pour les études, c’est plus complexe, ne pas être avec les camarades et les formateurs, tout cela devient lourd. 

Mais nous sommes une classe soudée, on échange beaucoup sur les réseaux sociaux, heureusement, et les projets de groupe nous permettent de garder le lien !

Bon, on fait beaucoup moins la fête et les apéros visio, même s’ils étaient fréquents au début de l'année scolaire, nous fatiguent un peu. La vie étudiante est directement impactée. On voudrait se voir et faire la fête entre nous, bien sûr. Mais je garde bon espoir que nous pourrons nous revoir dans quelque temps, une fois la population vaccinée. 

Il nous faut rester patients, optimistes et soudés dans l’épreuve, la fête des retrouvailles n’en sera que meilleure !

 

 

Lucile, 21 ans, alternante épanouie chez Hoali

Alternative text
Mentions légales