Aller au contenu principal
personnage

L’apprentissage ne connaît pas la crise

3 minutes
Publié le 20/05/2021
Par LAURINE GRAISSAGUEL - Crédit Agricole

En 2020, le nombre d’apprentis a enregistré une croissance record de 40 %. C'est l’effet conjugué de la dernière réforme en date, des récentes mesures de soutien à l’emploi des jeunes et de la mobilisation des employeurs.

Malgré la crise sanitaire, les professionnels de l’artisanat, du commerce et des services, se sont largement mobilisés en 2020 pour transmettre leurs compétences aux jeunes aspirant à rejoindre leurs métiers. Au cours de l’année dernière, 495 000 contrats d’apprentissage ont été signés dans le secteur privé. Soit une progression de 40 % par rapport à 2019 qui était déjà une très bonne année. En tenant compte des contrats signés dans la fonction publique, le pays passe, pour la première fois, la barre des 500 000 apprentis. Un record historique malgré la crise.

 

Un contexte favorable

Cette dynamique est le fruit de la réforme de l’apprentissage, menée en 2018, qui avait donné une place plus importante aux entreprises dans la construction de l’offre de formation. Elle résulte aussi de la mise en place du plan de soutien à l’emploi des jeunes « 1 jeune, 1 solution », lancé l’été dernier notamment pour renforcer l’attractivité de l’apprentissage auprès des employeurs.

Si tous les territoires profitent de ce regain d’embauches, certains secteurs d’activités ont davantage recruté. C’est le cas du commerce de gros et de détail, ainsi que des services. Les gros pourvoyeurs de contrats d’apprentissage que sont l’artisanat (bâtiment en tête) et l’industrie, ont pour leur part maintenu leur effort de formation, malgré l’impact défavorable de la crise sanitaire sur leur activité. Comme les années précédentes, les TPE et petites PME ont activement participé à l’effort de formation : en 2020, deux apprentis sur trois étaient formés dans une entreprise de moins de 50 salariés.

Fait notable, la hausse des contrats d’apprentissage a été tirée par l’enseignement supérieur et notamment par les qualifications de niveau Bac+2 qui représentent 22 % des contrats, selon le ministère du Travail. Le signe que de nouveaux employeurs et de nouveaux profils de candidats s’intéressent de près à l’apprentissage.

   

Un coup de pouce pour l’employeur

Vous souhaitez former un jeune pour apporter du sang neuf à votre entreprise et développer votre activité ? Si l’aide exceptionnelle mise en place dans le cadre du plan « 1 jeune, 1 solution » a pris fin en février, sachez que vous avez toujours droit à l’aide unique aux employeurs qui recrutent en apprentissage. Soit une subvention de 4 125 € à 7 325 €, calculée en fonction de la durée du contrat d’apprentissage. Pour en savoir plus sur les modalités pratiques de l’apprentissage ou publier une annonce de recrutement, rendez-vous sur le Portail de l'alternance.

 

Bon à savoir

495 000, c’est le nombre de contrats d’apprentissage signés dans le secteur privé en 2020, selon le ministère du Travail.

 


 

 

 

Mentions légales